Bombay+ Aurangabad

Bombay m’a tué. Quatre nuits épouvantables dans un bed & breakfast de Colaba, klaxons klaxons et klaxons de jour comme de nuit, juste épuisée épuisée épuisée. N’aurai la force que de prendre le railway, une première fois pour la plage de Chowpatty alors que je voulais aller dans le quartier de la communauté parsie, ce sont mes pas qui ont décidé. Une deuxième fois pour aller voir le wall project qui n’existe quasiment plus, seuls les intouchables y sont vraiment visibles, à même le trottoir. Et une troisième fois pour le National Park, quelle désillusion que ce parc aux arbres chétifs et où les voitures et les motos ne cessent de circuler, bien plus d’ombre et de majestueux banians en ville même bizarrement. Seuls kiffs : mes deux séances ciné, Padmaavat et Padman, où l’on doit se lever non pour saluer le roi défunt (cf mon billet sur Bangkok) mais le drapeau et son hymne national. Le premier, un traditionnel film massala (pour toute la famille) avec danse et chant comme il se doit. Film décrié car il évoque la « cruauté » du méchant musulman contre le bon indou et ceci en plein moyen âge. Merveilleux costumes et sublimes décors, malgré l’horrible lumière jaune. J’ai adoré la première séquence de bataille qui se résume à un panache de fumée duquel sort vainqueur le méchant avec la tête de son adversaire au bout de son pic. Méchant, mi animal mi pédéraste qui m’a bien fait penser à mon Gégé adoré dans sa façon de jouer tout en douceur et puissance à la fois. Le deuxième film est un pur mélo bien caricatural sur l’histoire vraie d’un indien de basse souche qui a mis au point une machine simplissime pour fabriquer des protections périodiques et ainsi libérer toutes les femmes de son continent. Film premier au boxe office, quelle tragédie que ce détournement de notre liberté. Femme reveille-toi je t’en prie, la seule liberté est en toi : Free Flow Instinct !!! Aucun besoin de protection, la nature est magnifiquement faite et nos périodes ne sont pas une malédiction mais bien une bénédiction qui nous permettent de nous débarrasser de toutes les impuretés accumulées durant le mois. En faisant confiance à son corps, le flux des règles s’évacue naturellement au moment d’aller faire pipi et ceci sans contrôle at all, au contraire dans un parfait lâcher prise. Mais ceci personne n’en parle, ça ne rapporterait aucun argent et surtout ça nous reconnecterait à notre être le plus vrai, à cette femme sauvage qu’on a brûlé sur le bûcher et qu’on continue d’assassiner. Wake up girls !

Train de jour pour Aurangabad que j’ai bien failli rater, merci mon ange gardien qui m’a réveillé en sursaut pour vérifier l’heure de départ qui n’était pas 13.30 mais 11.30 (!) D’autant que je voulais toujours prendre mon railway pour me rendre à la gare. Seconde classe A.C. en compagnie d’une musulmane et sa mère de 80 piges, sleeping places, irai occuper les places assises (des pauvres) et ainsi ne me ferai pas harceler par les intouchables qui montent aux arrêts et viennent se mettre à vos pieds en frottant le sol avec leurs guenilles. Merveilleux paysages semi désertique aux montagnes pyramidales aux sommets tronqués. Aurangabad est un haut lieu touristique pour ses grottes sculptées d’Ellora et Ajanta ainsi que son Bibi qa Maqbara qui n’est autre que la réplique du Taj Mahal en tout petit. Repos total le premier week-end où je ne sortirai quasi pas de mon hôtel et son très bon restaurant fonctionnant de 7 à 23h non stop, plus room service, le top. Visite en taxi des grottes d’Ellora plus mini Taj Mahal et autres curiosités le lundi. Pensais me faire Ajanta le mercredi, impossible, clouée au lit deux jours et deux nuits par une crève aussi subite que terrassante, et le dernier jour aussi je le passerai à jeûner dans mon lit « douillet ». Train de nuit, first class A.C. en compagnie de trois indiens masculins et retour dans l’enfer de Bombay au petit matin. Je décide de prendre un hôtel trois étoiles, ne dormirai pas mieux, pas de klaxons cette fois mais la rumeur de je ne sais quel moteur ou clim diverse. J’ai quitté l’Inde lundi dans la nuit pour Bangkok, j’ai enchaîné avec un vol pour Ho Chi Minh Ville et suis donc de retour au Vietnam depuis hier après-midi, au Grand Hôtel, luxe ++ donc j’ai vraiment besoin pour me requinquer.

Cinq mois de voyage les gars ! E-visa pour un mois, j’arrive en plein nouvel an et juste après les festivités du Têt et l’arrivée du printemps. Ces deux mois en Inde m’auront ravi et exténué. Couleurs, saveurs, odeurs, SONORITÉS et diversités culinaires hors pair. Les opposés ne se sont jamais aussi bien accordés : chaos et fluidité de la circulation, élégance et richesse des plus pauvres, lourdeur et mauvais goût des plus riches, douceur et agressivité perpétuelles. Terre de contrastes si facile à vivre et si dure à la fois. Merci merci merci, vivement le Nord, une autre fois !

2 Comments

  1. Reviens nous avec toutes ces couleurs, odeurs, sensations, réflexions en toi. Et en pleine forme. Ce dernier texte est particulièrement bien écris. Gros bisous ma Nana

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s